Minuco.com
Image default
Business / B2B

Quelles sont les questions à se poser avant de reprendre un domaine viticole ?

Avec près de 10 000 opérations annuelles, le marché français des terres viticoles est très dynamique. Mais pour éviter tout désenchantement et espérer un retour sur investissement, il importe de vérifier un certain nombre de points.

Les éléments à prendre en compte dans le choix d’un domaine viticole

Un achat de vignoble s’inscrit dans la logique de toutes les acquisitions de terrain. Cependant, un tel investissement demande une analyse plus poussée, à commencer par l’identification des besoins qui seront différents selon qu’il s’agisse d’un achat par pure passion pour le vin et le mode de vie rural ou d’un placement visant la rentabilité. Dans tous les cas, devenir propriétaire d’un domaine viticole est un projet qui doit être pensé à tête reposée.

Il faut savoir que l’emplacement du domaine influence directement le prix. La situation géographique est particulièrement importante si on souhaite développer une réelle activité économique. Dans la vallée du Rhône, dans le Languedoc, en Bourgogne, en Provence ou dans le Médoc, les caractéristiques de chaque région jouent sur les types de vins produits. Il faut donc étudier le climat, l’accessibilité, la localisation par rapport aux axes commerciaux ou l’orientation du terrain.

Le budget est certainement l’un des points les plus importants dans ce type de transaction. Le premier réflexe à adopter, c’est de ne pas céder aveuglement à un coup de cœur. Et pour cause, une propriété viticole comporte des éléments cruciaux qui ne sautent pas forcément aux yeux : nature du sol, coûts d’entretien du bâti, prédispositions aux maladies de la vigne, réglementations locales… Il faut également garder en tête qu’avoir un budget conséquent ne garantit pas la réussite d’un tel projet.

Que faut-il pour réussir dans le vin ?

Pour qu’un achat de vignoble puisse être rentable, il faut miser sur une surface exploitable d’au moins cinq hectares. En dessous ce cette surface, les recettes serviront principalement à couvrir les frais d’exploitation, et si la surface est trop grande, la rentabilité peut prendre du temps, et les coûts sont également élevés. Naturellement, il va de soi qu’il faut une très grande motivation, car devenir vigneron ne se limite pas à contempler les pieds de vigne et à déguster sa production, loin de là !

Investir dans un vignoble est une aventure entrepreneuriale qui nécessite souvent de faire appel à des experts aguerris. Conseils juridiques, gestion des vignes, techniques de vinification, activités marketing, fidélisation d’un réseau de distribution, entretien des machines, gestion du personnel, tous ces aspects sont incontournables. Pour espérer encaisser des marges importantes, le nec plus ultra, c’est de produire des vins haut de gamme, les autres catégories de vin ne permettant pas de pratiquer des prix élevés. Enfin, un vigneron doit être patient, car il n’y a pas de gain rapide dans le monde du vin.

Related posts

Faire appel à une aide ménagère pour une maison toujours impeccable

Claude

Quel est l’intérêt de la vérification des données ?

Claude

Les points à prendre en compte dans le choix de son équipement de boulangerie

Claude